La Fête de la musique ?

Salut tout le monde !

Voilà un article qui va peut être faire débat.

Aujourd’hui, c’est samedi, jour de mise à jour du blog, et c’est le 21 juin, début de l’été, anniversaire de mon beau-frère, et Fête de la musique.

Depuis de nombreuses années, je suis contre cette Fête. Je n’ai joué que de rares fois à cette occasion, et pas à Paris. Cette année, j’ai eu le choix, on m’a contacté pour deux évènements.

Cabor m’avait proposé de jouer, en face d’un bar, à Châtelet. Je vous rappelle que je joue du clavier, donc je prends ma voiture pour aller jusqu’au lieu du concert… Samedi + Paris (Châtelet)+ Fête de la musique = je ne prends pas la voiture pour aller jouer ! Pourtant, le concert était rémunéré, chose rare le jour de la Fête de la musique.

Autre proposition, on devait jouer avec Sandrine Gameiro à Reims, concert également rémunéré, et j’avais accepté (l’équation précédente n’étant plus valable). Seulement voilà, les organisateurs préféraient finalement un groupe de reprises…

Et voilà pourquoi je n’aime pas la Fête de la musique:

– Tout d’abord, cette Fête n’a rien à voir avec la musique, c’est la fête aux commerçants, qui feront un très bon chiffre d’affaires ce jour-là. Les plus sympas d’entre eux verseront quelque chose aux musiciens, les autres leur tireront juste une rallonge électrique pour qu’ils puissent se brancher devant leur bar.

– Ensuite, c’est un des rares jours où les conditions de jeu ne sont vraiment pas bonnes. Dans le meilleur des cas, il y aura des scènes avec du matériel généralement pas terrible, autrement il n’y aura que le matériel que le groupe apportera. C’est un jour où il y a beaucoup de bruit, le public n’étant pas forcément là pour écouter le groupe qui joue, mais plutôt celui d’à côté…

– Et voilà donc ce qui me dérange le plus, c’est le public. Ce jour-là, n’importe quel groupe aura du public. C’est sympa pour les groupes, mais le public en question n’est pas venu spécialement les écouter ou les découvrir. Ces gens sortent et vont voir des concerts au hasard, simplement parce que quelqu’un a décrété qu’aujourd’hui, c’était la Fête de la musique, et qu’il fallait sortir voir des groupes. Sur tous ces gens qui assistent à un concert, combien vont être intéressés par le groupe ? Combien suivront le groupe après ? Probablement aucun, puisque les autres jours, ce n’est pas la Fête de la musique, donc on ne va pas écouter de groupes en concert.

Ce mois-ci, j’ai joué 4 fois ; à chaque fois, il y a eu au maximum 30 personnes, qui avaient fait l’effort de venir, soit parce qu’elles connaissaient le groupe, soit parce qu’elles passaient par là, et avaient envie de voir un concert. La démarche est vraiment différente, puisque ces personnes ont décidé de payer leur place de concert pour écouter de la musique. Si on avait joué ce soir, on aurait évidemment fait salle comble, mais pour de mauvaises raisons.

Pour autant, je conçois que cette Fête de la musique soit aussi l’occasion pour de nombreux groupes répétant dans leur garage toute l’année de jouer en live, puisque c’est sûrement le seul jour où il est facile de trouver un concert, et facile d’avoir un public.
Et même si les raisons sont, de mon point de vue, mauvaises, artistes comme public prendront du plaisir à partager un moment aujourd’hui…

Alors pourquoi, en dehors de cette date, les gens ne vont pas plus aux concerts ?

3 thoughts on “La Fête de la musique ?”

  1. En fait ton point de vue est tout à fait "normal" puisque tu te places en tant que pro.
    Si en revanche tu imagines la Teuf de la Zik en tant qu'amateur, tu verras qu'elle remplit son rôle : permettre au tout-venant de se mettre en bas de chez lui, faire drelin-bim bam boum-clong clong pendant que les badauds passent en souriant et en buvant de la bière cheap.

    Bon, ce que tu dis, c'est qu'il y a de "bonne raisons" d'aller à un concert et de "mauvaises raisons" ? En bibliothèque on a le même genre de débat : de la "bonne lecture" ou de la "mauvaise" ?
    Est-ce que ca ne revient pas à cliver l'Art entre des pratiques que l'on jugerait légitime et les autres ?
    Alors qu'en fait on s'en fout, non ? Du moment que les gens pratique la musique, comme il devrait lire n'importe quoi, du moment qu'ils lisent. C'est le fait de pratiquer qui compte, il me semble.

    Tu voulais un débat… ;o) Peut-être que le 21 juin est la fête des amateurs de musique et que les autres sont tout à fait autorisés à jouer mais qu'en le faisant ils risquent de passer pour des amateurs… ce qu'ils ne sont pas. Et là…

    Marc

  2. Hello, je me doutais bien que tu interviendrais !

    Je suis d'accord avec toi sur mon placement vis à vis de cette fête de la musique, et également sur le fait que pour beaucoup d'amateurs, c'est une super opportunité.
    Par contre, je ne suis pas tout à fait d'accord sur le reste.

    Je pense qu'à partir du moment ou on fait quelque chose de forcé, alors c'est une mauvaise raison. Lire parce qu'on t'y "oblige", faire de la musique parce que les parents le veulent, aller à un concert parce que c'est aujourd'hui la fête de la musique…ce sont pour moi des mauvaises raisons.
    Bien sûr que c'est intéressant de jouer devant plusieurs centaines de personnes, bien sûr que c'est plus agréable d'avoir une bibliothèque remplie de gens qui viennent emprunter des bouquins, mais pourquoi le font-ils ?
    Pour moi, une bonne raison, c'est quand tu choisis d'agir, quand tu choisis d'aller écouter un concert, quand tu choisis d'aller à la bibliothèque, pas pour emprunter le livre imposé par l'école, mais pour découvrir quelque chose d'autre.

    Alors comment faire lire les gens ou comment faire aimer la musique à des gens sans une part de contrainte ? C'est là un autre débat.

  3. Ah mais, de même qu'en période de mondial, personne ne m'oblige à regarder le foot (dont je me foot compltmt d'ailleurs), personne n'oblige les gens à aller à un concert ! ;o) Je suis certain que plein de gens resteront tranquille à la maison à mater un film ou au ciné, jouer à la console, etc. et heureusement :o)

    Comme faire lire ou faire aimer la musique et les arts en général ? Simple : on commence par proposer. Tout. N'importe quoi. Mozart et IAM, Musset et Beigbeder. Pour commencer. Après il y a des politiques en matière de lecture, etc. comme il y a des cours de pratique d'instruments. Mais la question du choix dont tu parles……. il y a plein de domaines dans lesquels effectivement les gens ne choisissent pas vraiment, ils suivent ce qu'on leur dit. Je crois aussi que pour la plupart d'entre eux il y a trop d'offres, trop de propositions.

Les commentaires sont fermés.