Sideman – La diversité des projets

Salut tout le monde !

Aujourd’hui, retour des articles sur le blog. Les dernières semaines, j’ai été très occupé, tout d’abord par le réaménagement de mon studio, mais aussi par 4 concerts, avec des gens et des styles différents.

Je suis un sideman, c’est à dire un musicien qui accompagne d’autres artistes. Le gros avantage, c’est que je me retrouve sur plusieurs projets, tous différents. Voilà ce qui m’a occupé les dernières semaines:

– Tout d’abord, le 20 juin, j’ai eu le plaisir de jouer dans un projet appelé « Infiniment Goldman ». J’étais sur scène avec Jimmy Montout (batterie), Antonella Mazza (basse), et Vincent Martinez (guitare). Ensemble, nous avons accompagné Amandine Bourgeois, Elisa Tovati, Brice Conrad et Merwan Rim, qui venaient chacun jouer 2 morceaux de leur répertoire et 2 morceaux de Goldman, parfois en duo.
Pour l’occasion, j’avais 3 claviers sur scène, un Roland RD700 qui me servait pour les sons de piano et quelques nappes de temps en temps, mon Kurzweil PC3 les autres sons acoustiques, orgues, cordes, ainsi que les sons avec arpégiateur, et mon Virus Indigo 2 pour tous les sons de synthés.
C’était un beau concert, devant plus de 10 000 personnes au parc de Massy !

– Ensuite, le 3 juillet, j’avais un double concert, puisque je jouais avec 2 artistes du label 75 Music. Je jouais avec Clara Neville, mais aussi avec Anya Zibulski en 1ere partie.

Pour Clara Neville, nous avions la même équipe que pour les précédents concerts, à savoir Luc Durand (batterie), David Keller (basse), André Margail (guitare) et Clara Neville (chant).

Pour Anya, l’équipe était presque la même. Luc, David et moi étions sur scène, mais il y avait également Nagui Mehani (guitare) et Anya Zibulski (chant).

Nous avons donc joué devant une cinquantaine de personnes à L’Angora (Bastille). Pour cette occasion, j’avais mon Kurzweil PC3, mon Mac avec Ableton Live et une surface de contrôle Launchpad, pour lancer quelques boucles de batteries ou quelques séquences de synthé importantes mais que je ne pouvais pas jouer puisque mes mains jouaient déjà 2 parties de claviers différentes…

– Enfin, le 8 juillet, je jouais avec « Ce soir j’attends Madeleine » à l’occasion du festival « Coté Cour » de Salon-de-Provence. L’équipe était la même que d’habitude: Guillaume Nocture (chant), Crystel Galli (accordéon), et Alain Hubert (régie son et lumière). Le cadre était magnifique, nous avons joué dans la cour d’un château, devant 450 personnes.
Pour ce concert, j’avais mon Kurzweil SP2XS placé dans un faux meuble de piano droit, pour faire illusion.

Ce concert était en plein air et il y avait énormément de vent, qui déplaçait beaucoup de poussière. Pour l’instant, le clavier n’est pas encore rentré de Salon-de-Provence, mais dès qu’il rentre, il me faudra l’ouvrir et chasser toute la poussière qui est passée entre les touches. Pendant qu’on jouait, j’ai senti quelques touches frotter entre elles et se bloquer… maintenance obligatoire après ce concert !

J’ai passé sous silence toutes les répétitions et le travail de relevé des accords et des sons des morceaux, mais ce sont ces projets qui ont pris tout mon temps les dernières semaines !

A la semaine prochaine !