Pourquoi j’ai fabriqué ma basse ?

Hello ! 

Le dernier article traitait de la mise à jour de Beryl, mon clavier maître. Pour reprendre mon blog, j’ai décidé d’écrire un article dans la même lignée, je vais donc vous dire pourquoi j’ai fabriqué ma basse.

Vantage 225b

Tout d’abord, j’avais une basse type fender precision Vantage 225b, ma 1ere basse, que j’avais défretté, et dont j’aimais bien le son, mais suite à une malencontreuse chute sur un rail de porte coulissante, le manche a vrillé. Fretless + manche vrillé, ça devenait très compliqué de jouer juste sur cette basse, je ne l’utilisais que quand j’allais donner des cours, comme basse de secours.

Puis je me suis dit que ce serait intéressant de changer le manche, et d’en faire une 2e basse (sachant que la 1ere est une musicman). Quand j’ai vu le prix des manches (100€ minimum), je me suis dit qu’il était tout aussi intéressant d’acheter directement un kit à monter soi-même (même prix). A ce moment là, je me disais que j’utiliserais juste le manche.

Mais surprise au démontage de la Vantage, je me suis rendu compte qu’elle était en contreplaqué (oui oui, le même qu’on peut trouver dans n’importe quel magasin de bricolage). Du coup, puisque dans mon kit DIY, j’avais un corps en aulne, autant l’utiliser. Je me suis donc retrouvé à monter ma basse à partir du kit que j’avais commandé.

Le corps

Bien sûr, pour 100€, je m’attendais à quelques défauts, mais rien que quelques recherches et un peu de temps ne puissent améliorer.

J’ai d’abord commencé à travailler sur le corps. Quelques imperfections existaient (et existent encore), mais j’ai pu en rattraper une majorité grâce à un ponçage important.

Ensuite a commencé une petite galère, à savoir la peinture. J’avais une idée de la couleur, mais contrairement à la peinture sur Beryl, je voulais qu’elle soit transparente. Mon 1er essai de peinture s’est avéré catastrophique, on ne voyait plus le bois, et la couleur était moche, j’ai tout re-poncé. Ensuite, J’ai simplement acheté du colorant, et cette fois le résultat était au rendez-vous.

Au final, elle est bleu/vert foncé qui dégrade vers noir sur les bords. De loin, tout le monde la voit noire, mais selon l’éclairage, la couleur est plus ou moins prononcée.

Une fois la couleur obtenue, j’ai choisi d’utiliser de l’huile comme vernis. Au lieu de tout boucher, ça laisse le bois un peu plus libre. J’ai utilisé de l’huile « gunstock », celle utilisée pour les crosses de fusil.

Le manche et la tête

La tête était en forme de « rame », carrée et assez moche, je l’ai découpée pour lui donner une forme qui me plaisait, laissant au passage quelques marques de bois brulé sur la tranche, que j’ai décidé de ne pas poncer pour garder cet aspect brulé que je trouvais assez sympa.

J’en ai profité, avec un succès beaucoup moins intéressant que sur Béryl, pour graver mes initiales. Le résultat est moins convainquant parce que le manche était beaucoup plus fin que la surface sur Béryl, et je ne pouvais pas bien fixer la fraiseuse.

Grace à la chaine youtube guns&guitars, j’ai pu travailler sur les frettes, les mettre toutes à niveau et les polir. J’en ai profité pour huiler le manche, et la touche. Après réflexion, huiler la touche était une erreur, encore aujourd’hui, on voit bien que je n’ai pas pu atteindre tous les endroits de la touche, et on a l’impression que quelques zones ne sont pas vernies alors que d’autres le sont (même si dans les faits, tout est huilé, mais certaines zones le sont plus que d’autres)

L’assemblage corps/manche s’est relativement bien passé, mais j’ai quand même dû passer la fraiseuse pour faire en sorte qu’il y ait le moins d’espace possible entre les 2.

C’est l’assemblage des mécaniques d’accordages qui m’a bien fait rire, puisque les trous étaient déjà faits, mais ne correspondaient pas aux fixations des mécaniques. J’ai donc vissé les mécaniques à d’autres endroits, et maintenant quand on regarde coté mécanique, on voit bien les pré-trous qui ne correspondent à rien !

J’ai ensuite décidé, dans le but d’améliorer la résonance, de rajouter 2 vis sur la jonction manche/corps. Je les ai rajoutées en diagonales. Sans savoir si ça vient vraiment de ça, autant vous dire que le sustain est au rendez-vous. Mes notes durent plus longtemps que ma musicman active, avec 6 vis en jonction corps/manche, comme cette nouvelle basse.

Électronique

Là, je ne me suis pas trop posé de questions. Tout ce que j’ai reçu avec le kit a été à la poubelle à part la prise jack. J’ai gardé les micros de la Vantage, j’ai acheté des potentiomètres et condensateurs dédiés à l’audio, et j’ai tout soudé.

Conclusions

Je l’ai fabriquée cet été, et j’ai déjà fait pas mal de répétitions et concerts avec. Je l’aime beaucoup, j’aime son son et son poids, mais comme toutes les précisions, je n’aime pas son manche, trop épais, c’est là son seul défaut pour moi.

Pour l’entendre, voilà une vidéo, où je suis accompagné seulement d’un métronome, enregistré en direct via la pédale Tech21 VTbass deluxe. Je n’ai pas rajouté d’effet ou de compression. Le morceau est un morceau de Steps Ahead: Pools.

Que pensez-vous du son ?

A bientôt !

Laisser un commentaire